AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 

 



 

 Heroes Reborn [ RP libre - Ryo Suzuka ] (Términé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
X-Men
MESSAGES : 132
Ryo Suzuka
Message    Lun 2 Nov - 16:08


TOKYO - JAPON
5 juillet 2018 - 10 heures 45





La voiture de tête s'approchait si vite, ses deux projecteurs dessinant sur le sol, l’ombre vacillante du jeune japonais dont la vie allait prendre fin d'ici à quelques secondes. Assis confortablement derrière l'imposante console de commande, rehaussée d'une large baie en plexiglas, Takashi Yamamoto venait tout juste de terminer sa cinquième grille de Sudoku lorsque son sang se figea devant la vision terrible d'un homme voulant mettre fin à ses jours. Une vie passée à parcourir les paysages du japon à bord de sa motrice  avait affûté ses réflexes à un point tels qu'il n'avait eu aucune difficulté à manipuler les bonnes commandes et les bons levier pour lancer le protocole de freinage d'urgence. Malheureusement tout ceci semblait si dérisoire devant l'imminence du drame à venir.

Il pouvait sentir vibrer sous ses pieds la structure métallique des disques de frein mordre les rails dans un capharnaüm de crissements stridents. Arque-bouté sur le levier de décélération, le front inondé de sueur, il ne cessait de prier pour cette pauvre âme, bien conscient que jamais la rame n'aurait le temps de se stopper. Le jeune homme releva la tête et son regard croisa celui de Takashi. Nanite koto ! Kare wa totemo wakaidesu !!1 La motrice avala les derniers mètres qui la séparait du corps de l'inconnu puis dépassa le point de choc pour s'arrêter plusieurs centaines de mètres plus loin.

Takashi Yamamoto verrouilla les portes des wagons avant de descendre – fébrile – sur les voies. Ajustant ses petites lunettes qui n'avaient de cesse de glisser sur l'arrête de son nez, il passa en revu, le corps tremblant,  la face avant de sa motrice, cherchant une quelconque trace, un quelconque morceau humain, attestant de la mort du jeune homme. Une moue de surprise lui barra le visage lorsque, plusieurs minutes après, c'est bredouille qu'il remontait la voie.

Oscillant entre incompréhension et soulagement, son regard s'attarda à hauteur de la passerelle d'où s'était jetée la victime. Il y vit trois silhouettes qui semblaient observer calmement la scène. Rien dans leur attitude ne semblait indiquer qu'ils étaient affectés par ce qu'il venait de se passer. Au contraire, ils continuaient de parler, désignant le point d'impact du doigt. Se sentant observer à leur tour, ils finirent par s'éloigner en direction de la gare. Takashi quant à lui remonta dans sa motrice et attendit en pleurant l'arrivée des secours.



1 Oh mon Dieu ! Il est si jeune
Revenir en haut Aller en bas
X-Men
MESSAGES : 132
Ryo Suzuka
Message    Lun 9 Nov - 17:49








Salut ! moi c'est Ryo ! Ryo Suzuka. Vous et moi on ne se connaît pas encore, mais j'ai vraiment hâte de vous faire voyager à mes côtés au milieu de ce qui sera sans doute une sacrée aventure.
Pour faire court, je suis un jeune japonais de 23 ans sans aucune autre prétention que celle de devenir un jour peut être, concepteur de jeux vidéos. Il y a quelques minutes, deux hommes en costume noir ont tenté de m'enlever alors que je sortais de mon cours de chimie.

Pour être honnête avec vous, j'ai d'abord pensé à une blague de la fraternité Kappa Delta avec qui je suis en bisbille depuis quinze jours après avoir humilier l'un des leurs à l'occasion d'un tournoi de poker. De ce qu'on m'a dit, Jessica Bean, la petite amie de Scott Mason, l'avait quitté dans la foulée en le traitant de minable petit joueur … Depuis, il voulait me faire la peau.

J'ai cependant rapidement changé d'avis lorsque j'ai vu l'un d'entre eux écarter un pan de sa veste pour laisser apparaître la crosse d'une arme de poing. Ces deux gus n'avaient pas l'air du tout de plaisanter. On pouvait distinguer les formes larges de leurs pectoraux tendre le tissu immaculé de leur chemise mal taillée … ces mecs devaient pousser de la fonte à longueur de journée …

Toujours est il qu'il n'était pas question pour moi de finir en plat de sushis dans l'assiette d'un chef de triade, surtout qu'aux dernières nouvelles, je n'avais rien fait de totalement illégal …. à considérer que le piratage informatiques des derniers épisodes inédits de Naruto sur Netflix n'étaient pas tout à fait du vol ….

Le premier devait être le plus intelligent des deux … ou le plus feignant … car il n'arrêtait pas d'agiter sa tête à destination de son pote, la faisant rouler dans ma direction, comme pour lui intimer l'ordre de m'attraper. Il fallut au second quelques secondes pour que l'information traverse toute la masse musculaire pour atteindre son cerveau et lorsqu'enfin il se décida à bouger j'avais déjà franchi le banc d'un bond et courus dans une direction opposée.

Cette course folle n'avait duré que quelques minutes qui me paraissaient pourtant à moi interminables … et c'est pris au piège au dessus des voies de chemin de fer que j'eus cette idée totalement stupide de sauter en contrebas. En réalité, en y réfléchissant bien, c'est la femme qui les avait rejoint qui m'avait convaincu qu'il fallait que je saute. Elle avait l'air d'une folle tout droit sorti d'un manga post apocalyptique, habillée d'une tenu terriblement sexy de cuir noir. Ses cheveux irisés étaient d'un rouge écarlate et elle donnait l'impression d'avoir des flammes au bout des doigts.

Je me rappelle m'être dit que j'étais vraiment débile dans les secondes précédentes ma réception sur les voies quelques deux mètres cinquante plus bas alors que ma cheville cédait en se tordant sous le poids de mon corps – D'ailleurs en passant, je vous déconseille de faire ça chez vous – A contrario je ne me souviens plus de la teneur exacte des insultes que j'ai pu proférer à mon encontre lorsque j'ai compris que les deux ronds brillants arrivant dans ma direction étaient en réalité les feux de croisement d'une rame fonçant sur moi.

Naïvement j'ai pensé à ma mère et à la tristesse qu'elle aurait lorsque les flics viendraient lui annoncer ma mort … puis j'ai pensé à mon père qui devait être encore en mer à cette heure ci et à l'air triste qu'il prendrait une fois informé de mon geste … Il prendrait maladroitement ma mère dans ses bras, essayant en vain de trouver les bons mots pour lui expliquer mon suicide … Ensuite j'ai pensé à Bambi et j'ai compris pourquoi les biches étaient comme paralysée devant les feux de voiture juste avant de se faire percuter … Pour finir, alors que mes oreilles saignaient des hurlements des freins sur fond de klaxon, il me semble que ma dernière pensée fut de me dire que j'allais enfin comprendre la douleur qu'avaient ressenti toutes ces victimes au moment où les avions avaient défoncé les vitres des tours jumelles à New York, quelques 17 ans auparavant.

«  - Au pardon ! Désolé …. » Le choc avait été violent … mais beaucoup moins que ce que je m'attendais et c'est à quatre pattes sur le sol que je tentais de me relever. Mon épaule avait été percutée mais elle ne me faisait pas si mal que ça … tout juste un peu douloureuse.

S'il y a une chose que j'ai apprise de cette expérience, c'est que lorsqu'on va mourir, et bien on ferme les yeux, qu'on le veuille ou non … et là, à cet instant, je n'avais vraiment pas envie de les ouvrir … Ça se trouve, j'avais les tripes à l'air et je ressemblais à un de ces montres tentaculaires tirés des hentai les plus pourris. «  Oh mon Dieu maman, regarde de ce côté !!! », «  Vous l'avez vu ? Oh mon Dieu est ce que c'est bien ce que je pense ? » « Mais … regardez !! Il y a des gens qui sautent des fenêtres … » «  Il faut appeler la police !!! faites le 9 1 1 !!! »

Il me semblait entendre des voix, masculines, féminines, jeunes et âgées, des cris, des larmes, des rires nerveux … je les entendais mais je ne comprenais pas ce qu'elles disaient … De l'anglais … c'était de l'anglais, et malgré un niveau scolaire tout à fait moyen, essentiellement limité aux termes utilisés couramment dans les jeux vidéos, je parvenais à reconnaître certains des mots.

* Anata no me o hiraki, anata ga soko ni tatte damasu tsumori 1 * Mes mains reposaient sur le sol mais étrangement, le béton et les rails avaient laissé place à la douceur d'un sol en velours. Était ce ça le paradis ? Un lieu où l'on marche sur du velours et où l'on parle anglais ?

Finalement, devant le ridicule de cette pensée, et me sentant quand même plus vivant que décharné, je me décidai à ouvrir les yeux. La vision que j'eus alors me  glaça le sang. Face à moi, à travers les immenses baies vitrées dominant la ville de plusieurs centaines de mètres, la face nord d'un bâtiment en feu semblait avoir été littéralement éventrées. Un gigantesque incendie s'en échappait avalant dans les flammes et la fumée les étages supérieurs et les pauvres âmes qui s'y trouvaient emprisonnés.

A cet instant, je sus où … mais surtout quand … je me trouvais … Ces images avaient fait le tour du monde durant de nombreuses semaines ... Cette idée me terrassa et c'est totalement tétanisé que j'appuyai mon front contre la surface vitrée, laissant les larmes couler sur mes joues déjà salies par les particules de poussières et de fumée. Je n'entendais plus les cris, je n'entendais plus les voix … j'étais seul … comme prisonnier d'une cage de verre … prisonnier le 11 septembre 2001 à 08 heures 47 ...


1 - ouvre tes yeux imbécile, tu vas pas rester planté là
Revenir en haut Aller en bas
X-Men
MESSAGES : 132
Ryo Suzuka
Message    Jeu 12 Nov - 10:49


État de New York – Quartier de Manhattan – WTC N°2
08 heures 59 – 80ème étage





A votre avis, combien de temps dure - en moyenne - un morceau pop/rock tiré au hasard sur Deezer ?

Pour être honnête avec vous, je ne m'étais jamais vraiment interrogé à ce sujet … et je pense sincèrement que si je n'avais pas eu à utiliser un de ces morceaux comme compte à rebours avant ma mort …. enfin … mon autre mort … tout ça, à cause d'une montre qui semblait totalement avoir perdu la boule,  elle serait restée dans le placard des idées à la con comme tant d'autres.

Pour la petite histoire, la réponse est 4 minutes …. 4 toutes petites minutes … soit 240 minuscules secondes …. et c'était tout juste le temps qu'il me restait avant que le vol UA 175 ne vienne percuter la face sud de la tour dans laquelle je me trouvais.

D'une main encore tremblante, pestant contre mon manque d’assiduité en cours de science politique, je terminais de ranger dans ma musette mon Ipad Air 2 dont la coque à l'effigie de l'épisode huit de Star Wars avait accroché le regard brillant d'un petit garçon qui tentait d'attirer l'attention de son père sur le sabre laser en forme de croix écarlate.

Je ne sais pas ce qui me faisait le plus mal : la pointe d'entorse que je commençais à ressentir au niveau de la cheville gauche ou l'acceptation résignée du fait que Monsieur Hiroshiwa avait raison lorsqu'il nous disait qu'il fallait s’intéresser au monde, que les chaînes d'information n'étaient pas faites que pour les vieux … ou les profs …. et qu'il ne fallait pas rester sourds aux événements qui se déroulaient dans d'autres pays du monde.

La grosse horloge du vaste hall dans lequel je me trouvais me confirmait inexorablement la perte de 10 bonnes minutes depuis mon arrivée. Pirater le réseau le plus proche n'avait pas posé de difficultés pour un jeune Geek comme moi. Par contre, avoir eu besoin de trois minutes supplémentaires pour comprendre que le Wikipédia de 2001 ne pouvait forcément pas contenir les mêmes infos que celui de 2018 m'avait mis un coup au moral. J'avais donc été contraint de me taper l'intégralité des cours en Pdf de Monsieur Hiroshiwa stockés sur ma clef SSD pour retrouver le passage concernant les attentats du 11 septembre.

C'est à partir de ce moment là que j'avais eu confirmation de l'heure exacte du second crash et de la zone d'impact précise … autant dire qu'il me restait un peu moins de 4 minutes pour redescendre en dessous du 78 ème étage.

Je me levai d'un bond, tout en réajustant les coussins de mon Ibeats sur mes oreilles ainsi que ma musette sur le creux de ma hanche. Une grimace de douleur étira  ma lèvre supérieure lorsque ma cheville refroidie me rappela à l'ordre, La musique continuait à résonner dans mon crane – me rappelant inexorablement le temps qui passait - tandis que je me dirigeai en direction des élévateurs à contre courant du flots de curieux qui s'agglutinaient contre les baies vitrées pour observer avec effroi les images de terreur pure qui s'offraient à eux.

«  - Nogaremasu !!! » 1 Je ressemblais à un fou, je le savais … A mesure que j'avançais, je tentais d'alerter les personnes que je croisais sur l'imminence d'un nouveau drame en les secouant par les épaules. Ici un couple d'amoureux, là un agent de maintenance qui semblait très préoccupé et qui transportait une caisse à outils chargée. Si j'avais pu tous les sauver … je l'aurai fait …. mais comment franchir la barrière d'une langue qu'on ne maîtrise pas lorsque chacune des secondes qui s'écoulent vous renvoie à votre propre mort ? « - Anata wa nokoshite oku hitsuy ga arimasu !!! Sore ga bakuhatsu surudarou !!! » 2

Les ascenseurs n'étaient plus qu'à une petite dizaine de mètres lorsque je tombai nez à nez avec une classe d'enfants en sanglots à qui les accompagnateurs avaient demandés de rester bien sages en attendant leur retour. Il devait y avoir un peu moins d'une dizaine de petits garçons et moitié moins de petites filles. Ils devaient certainement être en sortie scolaire … ignorant tout des prochaines minutes à venir.

On est jamais préparé à ce genre de situation … la mort est déjà effrayante en elle même mais la mort d'enfants est au delà de toute considération humaine … Il fallait que je fasse quelque chose … mais vite, très vite. Je pouvais déjà entendre le rythme du morceau ralentir, signe qu'on arrivait bientôt à ses dernières notes. Je n'arrivais pas à me résigner à quitter les lieux sans avoir tenter quelque chose pour les sauver … au moins eux ….

Je m'approchai du premier gamin, descendant sur mes appuis pour accrocher au mieux son regard. Il fallait qu'il me croit … et qu'il n'ait pas peur de moi. Je lui offris alors mon plus beau sourire et capta son attention.
«  - Toi, savoir qui moi être ? » Mon accent japonais devait sans doute rendre mon anglais amusant car je vis un sourire illuminer le visage de l'enfant … mon cœur se brisa … « - Non monsieur, t'es qui ? » C'était à mon tour de lui rendre son sourire. « - Trunk !! Moi être Trunk ... » - ok, je sais c'était pas forcement la meilleure chose à dire sur ce coup là, mais j'étais un peu à court d'idée …. - « - moi venir du futur, toi devoir fuir car méchants venir ici très vite !! » L'idée m'avait paru sympa, à moi, au début … mais c'était sans compter que le môme devait être moins bête que ce que je pensais. Son cri fut strident, presque autant que le crissement des disques de frein de la motrice qui fonçait sur moi. « - Non ! Non ! Toi pas crier ! Moi être héros ! » Je tentais de lui mettre une main sur la bouche pour qu'il puisse se calmer … et ce n'est plus un mais quinze hurlements d'enfants qui résonnèrent à l'unisson …

Le coup fut sec, la douleur vive bien que courte. Je portai la main à l'arrière de mon crane, massant mon cuir chevelu comme s'il avait pris feu. Étouffant un juron en japonais je me retournai vers une jeune femme d'une vingtaine d'années qui tenait à la main une canne en bois exotique. Elle était très belle.
« - espèce de sale pervers !! Je vais t'apprendre moi à tourner autour des enfants !! » J'esquivai déjà un second coup de canne, et m’aperçus que la jeune femme souffrait visiblement d'une malformation aux jambes. « - Non ! Non ! Moi pas méchant ! Vous, devoir fuir, vite, très vite ! » La jeune femme s'arrêta et m'observa d'un œil méfiant «  - Fuir ? Pourquoi fuir ? Il faut attendre les secours, il y a eu une une explosion, une bombe. C'est dangereux dehors. » «  Vous devoir écouter moi … ici bombe, maintenant. Prendre enfants et fuir, vite » Le morceau tendait à sa fin … il fallait agir vite, très vite. Je parvins de justesse à stopper d'une main la fermeture des doubles portes du dernier ascenseur encore à notre étage. Je suppliai la femme du regard. « - Vous croire moi, prendre enfants vite et descendre, bombe, maintenant !! »

Un ange passa car le regard de l'accompagnatrice changea. A la place de la colère, je pus y lire la peur … peut être même la terreur à l'idée qu'il y ait réellement un risque qu'une bombe explose ici aussi. Elle intima alors aux groupes d'enfants l'ordre d'entrer en courant dans l'ascenseur. Ce qu'ils firent. J'eus tout juste le temps d'enfoncer le bouton du RDC que déjà, je pus dicerner par delà les baies, un point noir grossir dans le ciel. Le vol UA 175 arrivait déjà … jamais je n'aurai le temps d'atteindre la base de la tour …. Il fallait pourtant sauver ces enfants … trois ou quatre étages de gagner c'était déjà ça …

L'onde de choc pulvérisa les trois étages de la tour à 09 heures 03. L'effet de blast déchiqueta les victimes comme des poupées de chiffon. La structure du bâtiment vacilla, l'alimentation électrique se coupa immédiatement. Les lumières de secours s'activèrent dans l'ascenseur offrant une vision stroboscopique du visage terrifié des enfants. Les craquements métalliques sinistres tout autour de la cage m'informèrent de son état de délabrement. La pente prise par l'ascenseur me confirma qu'au moins deux des câbles venaient de lâcher sous le choc. Nous avions survécu au crash de l'avion … mais nous allions mourir prisonnier d'un cercueil d'acier … je n'avais offert aux enfants que quelques minutes de plus.

Je me surpris à frapper de rage la paroi métallique intérieur. La jeune femme ne parlait plus, comprenant elle aussi qu'ils étaient tous condamnés …
« - Dites monsieur ? » Une petite main tirait sur les coutures de mon blaser. Je coulai un regard vers le bas et vis le petit garçon de tout à l'heure. « - si tu es vraiment Trunk, tu vas pouvoir nous sauver hein ?  On va pouvoir retrouver notre maman et notre papa ? » Mon coeur semblait vouloir sortir de ma cage thoracique. Ce gamin m'offrit un cadeau merveilleux … quelques minutes supplémentaires d'espoir. Il fallait trouver une solution … nous n'étions pas encore morts.

Dans un sursaut de courage, je me dirigeai vers les doubles portes pour tenter de les ouvrir. Déjà je pouvais sentir la chaleur insoutenable des incendies des étages supérieurs se propager dans les structures d'acier. Il fallait faire vite.


1 - Fuiez
2 - Vous devez descendre !!! Ça va exploser !!!


Dernière édition par Ryo Suzuka le Mar 17 Nov - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
X-Men
MESSAGES : 132
Ryo Suzuka
Message    Mar 17 Nov - 16:57


État de New York – Quartier de Manhattan – WTC N°2
09 heures 10 – 75ème étage






*  - Au fait, je suis désolé pour tout à l'heure. Je pensais que tu voulais t'en prendre aux enfants … Moi c'est Laurie et toi ?* Pffffff, sois pas si nunuche ma vieille … Tu vois pas qu'il essaie de nous sauver la vie et toi, tu trouves le moyen de bloquer sur son cul et t'imaginer en train de lui faire la conversation … Va vraiment falloir que tu te trouves un mec, jeune fille et vite …
Je pouvais sentir la chaleur irradier mon visage. Je piquais littéralement un fard, m'imaginant déjà avoir la tête rouge comme une tomate … *Pourvu qu'il ne se retourne pas.*

Je l'observai depuis le coin opposé de la cage d'ascenseur. Il transpirait à grosse goutte et cela le gênait visiblement car il n’arrêtait pas de s'essuyer les mains sur le tissu de son jean. Ses cheveux en bataille lui donnait un look particulier, mélange savant de culture manga et cyberpunk. Il était vraiment concentré, son visage s'animant par moment de petits tics trop mignons.

Le mécanisme d'ouverture semblait bloqué, interdisant tout mouvement des panneaux en sens contraire. Je pu lire l'espace d'un instant la détresse sur son visage. Il avait les traits tirés et refusait de regarder les enfants dans les yeux, comme s'il lui était impossible de leur mentir.

*Ils sont si courageux* le petit groupe était assis en silence, observant avec leurs grands yeux si brillants l'homme qui venait du futur. J'entendais à peine Jonathan et Gabriel chuchoter dans leur coin en le désignant du doigt. Il leur avait dit qu'il était revenu pour eux, voyageant dans le temps pour les sauver d'une explosion et la magie avait opéré – les enfants avaient cette faculté unique de donner au réel une touche d'irréel, d'enchantement, petite flamme vacillante dans une mer de ténèbres. Alors, ils le regardaient faire, sanglotant par moment, souriant par d'autres, souffrant avec lui, espérant avec lui, criant de joie ou de déception, en écho parfait de leur nouveau héros.

L'ascenseur trembla violemment lorsqu'un troisième câble céda sous le poids de l'ensemble. L'inclinaison qu'il pris alors sapa nos derniers espoirs. Je vis le jeune japonais frapper de rage sur les portes métallique et lever la tête vers le ciel. Je ne pouvais pas l'aider … le hasard de la vie m'avait doté d'un chromosome X défectueux. Je ne produisais plus de dystrophine. Encore quelques années et je ne pourrais plus du tout bouger mes jambes. Je m'étais résignée à passer ma vie en fauteuil … mais certainement pas à mourir dans un ascenseur avec un groupes d'enfants à qui j'avais juré de les protéger.

«  - Ne pourrait on pas simplement attendre les secours ? Ils finiront bien par monter jusqu'à nous … et peut être que si nous arrêtons de bouger, les câbles pourraient tenir plus longtemps ? » Ma voix chevrotait. J'avais pris soin de bien articuler, espérant que la barrière de la langue ne soit pas un obstacle insurmontable. Le jeune homme continuait de fixer le plafond, l'air résigné, comme s'il avait fini par accepter l'idée de mourir ici. « - Pas attendre, fuir, maintenant … »
«  - Mais si on …. »
« - Non !! »
Il venait de crier. Lucie se mit à sangloter plus fort, bientôt rejoins par Nola et le petit Victor. L'homme s'en rendit compte. Il s'adoucit immédiatement. « - Vous pas comprendre … Pas de secours … Pas attendre … Tour tomber bientôt … Tout le monde mourir ici, si vous pas sortir maintenant. » L'annonce eut l'effet d'une douche froide. Les larmes inondèrent immédiatement mes joues. Il avait l'air si sure de lui … comme s'il avait déjà vécu l'instant présent … J'allais lui poser une autre question lorsqu'il poussa un petit cri de joie.

Levant à mon tour les yeux vers le plafond, j'y distinguai rapidement le petit verrou qui permettait d’accéder à la trappe de service. Je vis le jeune homme prendre appui sur les rambardes qui servaient de décoration et atteindre sans difficulté l'accès à la cage extérieur. En fin de compte, il n'avait pas abandonné, il essayait toujours de nous sauver comme il l'avait promis aux enfants … je ne le connaissais que depuis quelques minutes seulement mais déjà je l'aimais pour ce qu'il était …. pour ce qu'il représentait … l'espoir. Peut être qu'en fin de compte, il était vraiment ce héros venu du futur …

Son corps disparu comme il s'engouffrait par l'ouverture. L'angoisse me saisit immédiatement. Les enfants s'agitèrent également, cherchant à se rapprocher de la trémie. L'ascenseur trembla un peu plus. Il fallait que je fasse quelque chose : « - les enfants, venez autour de moi. Notre nouvel ami a besoin d'aide et nous allons tous chanter pour lui donner du courage. Qui commence ? Nolan, ça te dit, chantes nous ce que tu veux ! » Et Nolan commença à chantonner la première chanson qui lui vint à l'esprit, rapidement rejoint par ses petits camarades. La cage se stabilisa. Le visage du jeune garçon apparu l'espace d'un instant dans le petit carré de lumière. « - Moi revenir vite, vous pas bouger » Non mais sans rire … comme si j'avais eu le choix … * Quel dommage !! Moi qui comptais faire un tennis ….* Et ça le faisait sourire en plus ? Raaaaaa j'eus soudain une envie folle de le tuer moi même … Mais à la place, un sourire éclaira mon visage sali par trop de poussière.

Le temps sembla ralentir. Nolan termina sa chanson puis ce fut au tour de Christopher, puis d'Eléna. La température avait encore augmenter de manière significative et la déshydratation menaçait les enfants. Il fallait que nous sortions de cette étuve si nous ne voulions pas finir totalement cuits. L'air ambiant fut aspirer dans un sifflement sinistre lorsque les double porte finirent par s'ouvrir révélant le sourire béant qui barrait le visage du jeune japonais. L'ascenseur était visiblement stoppé entre deux étages mais l'espace semblait suffisant pour pouvoir y passer un corps d'adulte.
Il fut accueilli par les cris de joie et les acclamations des enfants. «  - Je t'avais bien dit que c'était Trunk !! Les super guerriers de l'espace y a que ça de vrai !!! »

« - Sortir maintenant ! »
Il était accompagné de deux pompiers en tenue qui l'avaient aidé à déverrouiller le sas. Me relevant avec difficulté, prenant appui sur ma canne tout en tentant de lutter contre les douleurs de crampes qui m'assaillaient, je commençais à faire monter les enfants.
Visiblement, mon visage devait traduire ma douleur car le jeune homme finit par me rejoindre dans l'ascenseur. Il posa ses mains sur mes épaules, me remerciant du regard. Il allait prendre la relève, me permettant de me reposer un peu.

Je m'assis, dos contre la paroi, pestant intérieurement contre mon handicap et observant avec soulagement les enfants monter un à un vers en direction des secours. Plusieurs minutes passèrent lorsqu'enfin ce fut à mon tour. Mon jeune sauveur m'aida à me relever puis m'accompagna jusqu'à l'aplomb de l'ouverture du sas où un pompier me tendait les bras. Je ne sais plus à quel moment tout bascula dans l'horreur. Je me souviens du bruit sourd d'une détonation, du visage de surprise du jeune japonais, du désespoir dans ses yeux, Il tend les mains vers moi, comme s'il voulait que je les lui saisisse … mais je n'en ai pas le temps … le temps d'un battement de paupière, je me retrouve seul … j'entends le hurlement de terreur des enfants juste au dessus, je vois le jeune pompier s'enflammer, je me rappelle la sensation de brûlure intense puis le craquement sinistre des câbles qui cèdent.

Je m'appelai Laurie Springuer et je suis morte le 11 septembre 2001 dans la tour N°2 du WTC.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message    

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AVENGERS :: RP :: RÔLE-PLAY :: RESTE DU MONDE-