AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 

 



 

 [Background][PNJ] Bitou Serawa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Solo
MESSAGES : 159
Elisabeth Carter
Message    Lun 5 Aoû - 16:46



♫ Musique d'ambiance ♫



Tokyo - Shinjuku
Il y a 3 ans
17h45





Il faisait un froid de canard dans le centre de Shinjuku. La pluie martelait les immeubles de verre, et tous les passant arboraient des parapluies de toutes les couleurs, bien que la majorité soit sobre, noir ou gris. Des dizaines de passant se croisaient sur les immenses carrefours que rencontraient les grands carrefours du centre-ville.
A l'ouest, Kabukichō, le quartier chaud. C'était rare d'y aller se promener, la réputation de ces gens en prendraient un coup. Au fond de ces rues, les bar à hotesses se mélangeaient aux quartiers des Yakuzas, et le tout était surveillé par des hommes en costard tous les trois mètres.
On y allait pour des affaires sombres, ou bien pour prendre du plaisir, c'était à peu près les seules choses qui justifiaient d'y passer.
Ce n'était pas pour autant dangereux, tant qu'on savait se défendre et qu'on était pas une jeune fille en fleur. Les gens disaient beaucoup de choses sur cet arrondissement, mais il faisait partie de la ville depuis très longtemps. Shinjuku mêlait le quartier des affaires, Nishi-Shinjuku, mais aussi des quartiers moins fréquentables, et d'autres carrément déconseillés.
C'était ce qui faisait de cette capitale la plus grande mégalopole du monde. Des quartiers différents se croisant et des gens différents y cohabitant. Au milieu de tout ça, il y avait peu de place pour un lycée comme Tsuterai. Proche de l'université de Todai, il était censé prendre les élèves que ne pouvait pas recevoir le Lycée 1 intégré à l'université.
Il en était autrement. Tsuterai recevait les élèves en mauvaise posture scolaire, les étudiants sur le point d'échouer et ceux qui redoubleraient d'ici un semestre. Todai n'acceptait pas les mauvais, l'élite seulement.
Il était connu que les élèves de Tsuterai finiraient pas quitter Tokyo pour faire un travail bien moins payé dans une autre ville ou quartier plus éloigné du centre de la capitale. C'était la loi du plus intelligent, et du plus riche.
Cela expliquait que les élèves de Tsuterai étaient un peu différents, au milieu des fonctionnaires, sur ce carrefour bondé, sous cette pluie torrentielle.
Ces élèves avaient la fâcheuse tendance à porter leur uniforme de façon peu commune. Les cravates étaient dénouées voire rangées dans une poche, et les vestes étaient portées sur l'épaule. Ils étaient pour une bonne moitié des Furyo, des mauvais garçons, souvent occupés à se battre plutôt qu'à étudier. Ils espéraient pourtant sortir de leur condition, souvent pauvre, pour atteindre mieux dans cette société. Mais ils étaient rattrapés par leur nature de guerrier des temps modernes.
Il n'y avait pas ou peu de super-héros au japon. Les plus grands faisaient partie de la Justice League of Japan, mais ils ne comptaient que 5 membres, parmi lesquels Shuriken, le héros qui a combattu les monstres venant du pacifique.
Ces héros n'inspiraient donc que très peu les jeunes, et les américains leur étaient connus mais trop loin pour qu'ils y croient réellement. Y avait-il quelqu'un de l'autre côté de l'océan capable de porter des îles et de lancer des rayons de ses yeux ?
Serawa Bitou n'y croyait pas.

Il était élève de terminale à Tsuterai, et espérait rejoindre Todai l'année d'après. Ces résultats n'étaient pas spécialement mauvais, mais il y avait quand même peu d'espoir qu'il rejoigne la prestigieuse université.
Bitou avait été élevé dans un environnement plutôt pauvre, à l’extrême banlieue de Tokyo, très proche des rizières. Ses parents travaillaient beaucoup, mais ne gagnaient pas grand chose pour subvenir à leurs besoins. Heureusement, une tante de Bitou qui habitait à une heure de chez eux avait une auberge qui marchait très bien, et elle les aidait souvent.
Le petit Bitou avait toujours été dur, à éduquer mais aussi à entendre. Il avait des remarques franches, il ne cachait rien à personne, et aimait même beaucoup provoquer. Ces professeurs, ces camarades, puis plus tard, n'importe qui dans la rue qui le mènerait à se battre.
Le jeune homme aimait ça plus que n'importe quelle chose que ses anciens camarades, enfants, avaient l'habitude de faire. Leur passion pour tel ou tel sport, il avait vite remarqué que ça ne les faisait pas s'épanouir comme le combat le faisait pour lui.
Bien que pas très grand, ni spécialement musclé, il était naturellement carré, et ses provocations l'avaient rapidement mené à se faire détester de ses camarades. Puis craint, après quelques coups bien placés, et enfin respecté après quelques batailles à plusieurs contre un. Il était de ces hommes solitaires qu'aucun mur ne bloque, combattant seul une bande de dix s'il le fallait.
Une seule règle comptait, ne jamais affronter un yakuza. C'était un autre cercle, où une baston finissait à coups de couteau et de balle dans la tête. Bitou réglait ses problèmes entre hommes, pas entre armes.
Jusqu'à ce fameux jour, place du Roi-Singe, à Shinjuku.




HRP



Introduction au personnage de Bitou. J'espère qu'il vous fera un peu voyager.
Revenir en haut Aller en bas
Solo
MESSAGES : 159
Elisabeth Carter
Message    Mar 6 Aoû - 16:15



♫ Musique d'ambiance ♫
Spoiler:
 



Japon





Bitou avait une copine. Cas extrêmement rare pour un furyo, il pensait l'aimer. Les gaillards dans son genre fréquentaient rarement les filles. Celles-ci ne supportaient pas la violence, et les garçons se faisaient une raison. Mais leur histoire était un peu différente.
Il l'avait rencontré lorsqu'il était au primaire, dans une ville du Kansaï. C'était une jeune fille étrangère, une rousse que son père docteur avait amené avec lui. Elle était française et s'appelait Louise. Elle avait la joie de vivre, toujours le sourire aux lèvres.
Bitou à l'époque était un garçon difficile mais respectueux de ses aînés. Il partait en vacances avec sa grand mère et faisait le tour des rizières pour faire la publicité de l'auberge de sa tante. Il rencontra Louise à Tetamûkishi, une ville de quelques centaines d'habitants, rurale et agréable à vivre. Le père de Louise passait de ville en ville délivrer des médicaments et soigner le genre de maladie dont on ne guérissait pas en campagne. Louise pensait que c'était pour se faire pardonner une action vieille comme lui.
Il se rencontrèrent à la place du village, puisant tous les deux de l'eau.
Bitou était fascinée par l'étrangère, et la petite fille par ce garçon avec ce regard plein de solitude. Ils ne parlaient pas la même langue, et pourtant, les jours qui suivirent, ils les passèrent ensemble, à dessiner dans le sable et à répéter les mots qu'ils ne comprenaient pas. Le docteur finit par rencontrer la grand mère Serawa, et aimant sa fille plus que tout, il décida de suivre la tournée promotionnelle, s'arrêtant dans chaque patelin pour faire son métier. Bitou et Louise passèrent cet été là ensemble, et ils en furent très heureux.
Au bout de la saison, le père de la rousse décidé de s'installer dans une bourgade, et Bitou promit à son amoureuse de revenir dix mois plus tard. Ainsi, ils se virent pendant des années, chaque été. Bitou n'était intéressé par aucune fille, vivant de sa rage, il attendait juste l'année prochaine pour calmer ses ardeurs pendant deux mois, avant de repartir à la ville. Elle, amoureuse comme elle était de son bagarreur, ne l'oubliait jamais et toujours l'attendait.
Elle lui racontait chaque été les nouvelles du pays, mais aussi les histoires européennes. Elle lui parlait de grands héros, et de guerre. Il était fasciné par ses récits, et même s'il n'y croyait qu'à moitié, il prenait plaisir à lui en demander plus, sachant qu'elle adorer raconter ses histoires. Elle était une fleur dans l'océan de sang où il vivait, l'oasis dans son désert de béton.


♫ Interlude ♫
Spoiler:
 



Tokyo - Shinjuku
Il y a 3 ans
18h51





Il chantonnait sous la pluie. Louise lui avait appris quelques années auparavant. C'était son moyen d'être patient, de se calmer, d'attendre tranquillement tout évènement. La pluie le mettait à rude épreuve, et la chansonnette lui rappelait les grillons de la campagne et sa partenaire de chant.
Il l'attendait sous la pluie. Elle venait enfin à Tokyo, après toutes ces années. Il ne raterait ça pour rien au monde. Il était parti du lycée et ne s'était même pas battu. Il voulait qu'elle soit fière de lui. Elle était en retard, et la pluie martelait son parapluie noir.


"...Pour l'éternité..."


♫ Musique d'ambiance ♫
Spoiler:
 



Tokyo - Shinjuku
Il y a 3 ans
18h53





Il entend des cris et la foule qui traverse le carrefour s'écarte pour laisser passer un homme qui court comme un fou les bras en l'air. Derrière lui le fossé se ferme aussitôt. Les japonais ne prêtent pas attention à ceux qu'ils ne connaissent pas.
Bitou le regarde sans le faire exprès, et l'homme se jette sur lui en surprenant son regard.

"Help me !! C'est un blanc, surement un américain. Bitou parle très mal l'anglais, il n'a jamais pris le temps de s'y intéresser.
-Je pige rien à ce que vous dîtes...
-Help me ! Please ! They are going to... kill me !"
Bitou a compris le dernier mot. Il saisit l'étranger par les épaules et le pousse vers le mur où il était adossé. Il se retourne et regarde partout autour de lui. Personne ne semble s'intéresser à eux, et il ne voit personne courir. Il reporte son attention à l'inconnu mais surprise; il n'y a plus d'homme derrière lui. Intrigué il cherche un peu mais finit par abandonner. Des centaines de gens marchent autour de lui, et la visibilité est minime. Il a disparu.
Tandis qu'il réfléchit à qui était ce fou, il entend des gyrophares au loin, puis voit les reflets bleus apparaître. Louise est en retard et il décide d'aller voir, une boule au ventre...

Il dépasse deux ruelles et quitte le carrefour bondé. Il trouve les ambulanciers autour d'un corps à terre. Il s'approche, repoussant les hommes en blanc qui installent un cordon de sécurité.
C'est elle ! Il tombe à terre et s'empêche de crier. Louise est allongée les bras le long du corps, et du sang coule abondamment de sa tête. Il explose de rage quand on essaie de le relever. Il a perdu la personne la plus gentille qu'il ait jamais connu. Il va pour lui prendre la main mais on l'en empêche. Solidement repoussé vers la rue bondée, il se débat comme il peut, et finit par frapper les ambulanciers. Un poing bien placé éclate le nez d'un des hommes. Un autre se fait mettre à terre d'un bon coup de genoux dans l'estomac.
Bitou court vers le corps de sa compagne, mais un homme en blouse blanche s'interpose.
Un mal de crane prend Bitou. Il ferme les yeux pleins de pleurs et les rouvre. Il voit flou. L'homme passe une main dans sa veste et en ressort un flingue. Gros calibre noir, il le pointe vers Bitou. Alors tout redevient net. L'homme lève le bras et le passe à l'intérieur de sa veste. Déjà vu. Bitou saute et lui décoche un coup de pied qui fait s'envoler l'homme. Deux autres officiers se retournent vers lui et le flou apparaît à nouveau. Il les voit se lever et venir vers lui. L'un a une matraque, l'autre un flingue.
Bitou court vers l'homme à l'arme à feu et lui décoche un coup de poing qui l'envoie frapper le camion d'ambulance. L'autre lève son arme pour frapper quand un coup de pied retourné l’assomme et le fait tomber à côté de Louise.
Bitou regarde autour de lui, mais plus personne n'est là. Il se penche vers sa bien aimée et lui embrasse le front.
Il va pour la porter lorsqu'il entend derrière lui "Zetrop !". Il n'a pas le temps de se retourner qu'il s'élève en l'air. A un mètre du sol, il peut difficilement faire autre chose que regarder qui a fait ça. Une femme sort de l'ambulance. C'est une grande brune, blanche et canon. Un stéréotype de télévision. Elle porte des vêtements étranges. Elle se place devant lui et il l'entend murmurer "Zessuoper !". Aussitôt Bitou est envoyé promener contre une poubelle, s'écrasant et la faisant plier. Il a mal partout, et du sang coule de sa tête. Il essaie de se relever mais en vain. Alors la femme fatale s'approche de lui, sourit et lui dit "Zemrod"...
La fatigue prend le dessus, et Bitou s'écroule.




HRP



Deuxième chapitre partie sur trois !
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AVENGERS :: FLOOD :: flood :: Archives "Reeborn"-